[Tanneries-annonces] programme bibliothèque/cinéma/et cætera - avril/mai 2010

Prochaines activités aux Tanneries / Upcoming acti Prochaines activités aux Tanneries / Upcoming acti
Dim 18 Avr 22:52:03 CEST 2010


                  Espace autogéré des Tanneries

             Programme bibliothèque, cinéma, & cætera
             ----------------------------------------
                         Mars/Avril 2010


Version mise en page disponible sur:
http://squat.net/tanneries/documents/tanneries-bibli-maravr2010-recto.pdf
http://squat.net/tanneries/documents/tanneries-bibli-maravr2010-verso.pdf


Les rendez-vous hebdomadaires aux Tanneries continuent avec d'autant
plus de délectation que c'est le printemps. On va pouvoir griller des
poivrons sur le perron, entre une discussion passionnée sur un bouquin
et une projection à brûle-pourpoint.

Ces mercredis visent toujours à participer à la constitution d'une
culture collective de luttes, avec des apports théoriques, des moments
de débats, des confrontations d'expériences, des romances pour rêver ou
explorer des mondes encore inconnus.

A ne pas louper pour achopper avec l'actualité, la projection de "coup
pour coup", une ode au sabotage et à la séquestration ouvrière tournée
en 1972, baril de poudre visuel qui se passait d'usine en usine. Le
genre d'œuvre cinématographique qui manque aujourd'hui, à l'heure où le
nombre de grèves et d'"actes illégaux" ouvriers croit, face à un
patronat implacable, à Dijon et ailleurs…

Saluons ici la détermination des ouvriers de Lennox, non loin des
Tanneries, qui ont tenu 3 semaines de grève, bloqué la boîte et ne
lâcheront pas l'affaire, mais aussi les actions menées par ceux de TPC à
Saint-Appo, de la Seigneurie à Genlis, et bien d'autres qui refusent de
se plier à la propagande sur la crise et aux discours de résignation !

Pour rester dans la vie du quartier, vous savez sans doute que des
terres en friche ont été occupées et immédiatement retournées lors de la
manif du 28 mars, rue Philippe Guignard, à proximité du rond point des
Lentillères. Un potager collectif ouvert y est installé. Un cadre idéal
pour venir cultiver, apprendre, se faire des complices, produire un peu
de sa bouffe et relayer des luttes paysannes depuis la ville ! 

L'avenir du potager devrait aussi passer par la défense de la "Villa"
(rue Philippe Guignard toujours), grande maison et grand terrain,
rachetée par la municipalité 500 000 €. La Mairie en a fait casser le
toit dès le départ des anciens proprios pour éviter qu'elle ne soit
occupée, malgré l'absence de projet avant plusieurs années. Mais c'était
sans compter sur la détermination laborieuse des "villageois·es", qui
l'ont fait revivre et restaurée, et mettent une partie de la maison à
disposition, pour le rangement des outils, des serres et les réunions du
potager.

Sur ce, on vous dit à bientôt !

« Hey ho, let's go ! »


	 	 	    MERCREDI 14 AVRIL
  		          ---------------------

18H	"À ceux qui se croient libres"
	Témoignages recueillis par Nadia Menenger, Éd. Insomniaque, 2009.

	Recueil de lettres, dessins et témoignages, ce livre retrace la
	vie de Thierry Chatbi, prisonnier "anonyme" comme tant d'autre.
	Plus de la moitié de sa vie passée en détention, il est libéré
	en 2006 et se suicide quelques mois après.  Comprenant que le
	plus grand nombre doit trimer dur pour ramasser des miettes, il
	s'est tourné très jeune vers le vol. Son rejet de l'exploitation
	s'est doublé de son refus de se soumettre à l'autorité
	carcérale. "À ceux qui se croient libres" évoque l'engagement de
	cet homme qui a voulu dénoncer ce qu'était la prison et apporter
	l'évidence de la combattre. Le double intérêt de ce livre réside
	tout d'abord dans le fait qu'il retrace les luttes carcérales de
	la fin des années 70 jusqu'à nos jours, à travers la vie d'un
	détenu sans médiatisation particulière. Dans une perspective
	plus critique, le titre et les différents témoins nous
	rappellent que combattre la prison (et son "but social"), passe
	obligatoirement par combattre la société qui l'a créée.

21H	"Le corps incarcéré"
	web-documentaire (2009), œuvre collective par http://lemonde.fr/

	Les cheveux qui tombent, le corps mutilé, abîmé, utilisé.
	Quatre anciens détenus racontent la lente et inexorable
	dégradation de leur corps pendant leur détention. Quatre corps
	incarcérés.

21H30	"Coup pour coup"
	Film de Marin Karmitz, 1972.

	Une petite usine de textile, semblable à bien d'autres. À
	l'origine, des femmes dans un atelier de confection ou de
	tissage. Elles ont tous les âges, elles viennent là chaque jour
	travailler dans la chaleur, supportant la fatigue. Après 8
	heures d'usine, une nouvelle journée de travail commence :
	courses, ménage, enfants, mari. Nouveaux soucis financiers,
	affectifs. Mais dans l'atelier, les choses changent
	progressivement. Face à l'oppression, elles font preuve d'une
	volonté farouche : actes de sabotage des machines, débrayages.
	Ce film hors-norme est tout à la fois, un coup de boule dans
	l'arrogance patronale et une expérience cinématographique
	hors-norme qui s'est constituée avec des ouvrières complices.

	Selon le réalisateur, "coup pour coup" « attaquait le patronat
	en légalisant d'une certaine façon les actes illégaux que sont
	les occupations d'usine et les séquestrations de patrons. »
	(...) « Ce film a été vu par des dizaines de milliers de
	personnes, au point que ça devenait un danger politique pour le
	gouvernement parce que quand le film était montré dans un lieu
	où il y avait un début de débat sur les luttes à mener, il
	provoquait des grèves. Il amenait les ouvriers à se mettre en
	grève. Dans des endroits où la grève était en train de se
	calmer, de disparaître, de s'arrêter, le film remettait les gens
	en grève ».

	Malheureusement, et comme un certain nombre de ses camarades de
	l'époque, Marin Karmitz est passé de la gauche prolétarienne au
	début des années 70, aux cabinets du gouvernement Sarko, un des
	plus grands retournement de veste du siècle écoulé selon Pierre
	Carles. Coup pour coup ? On peut toujours revoir son œuvre phare
	et se préparer à tomber sur lui et ses nouveaux amis…


	 		    MERCREDI 21 AVRIL
			  ---------------------

18H	"L'hypothèse cybernétique"
	Extrait de la revue Tiqqun, numéro 2.

	Pas évident de définir ce que c'est que la cybernétique : une
	science ? Une technique ? Une doctrine ? Le principe derrière
	internet ?  L'art de gouverner (cybernétique vient de
	kubernêtikê, gouvernail, en Grec) ?

	Cette lecture sera l'occasion d'essayer de comprendre un peu à
	quoi renvoie le terme cybernétique, et de réfléchir à
	l'hypothèse que pose le texte présenté : la cybernétique
	viendrait remplacer le libéralisme comme mode de gestion et
	d'organisation de la société.

21H	"Voyage en cybernétique" (« Das Netz »)
	Film de Lutz Dammbeck, 2004.

	Ce documentaire part de la volonté de comprendre les motivations
	de Théodore Kaczinski, dit Unabomber, qui contribua aux luttes
	anti-industrielles par un manifeste célèbre et une série de
	colis piégés envoyés à des scientifiques. Le réalisateur en
	vient alors à s'intéresser à la cybernétique, véritable cible
	des bombinettes de Kaczinski, en passant par le LSD, la
	dénazification, l'impérialisme, Internet, les avants-gardes
	artistiques et les hippies.


	 		    MERCREDI 28 AVRIL
			  ---------------------

18H	"PROVO, Amsterdam, 1965-1967"
	Yves Frémion, Éd. Nautilus, 2009.

	"En juillet 1965, lors des manifestations contre le mariage
	controversé de la future reine des Pays-Bas, une poignée
	d'agitateurs se fait remarquer par son radicalisme et son
	imagination. Ce petit groupe devient un vaste mouvement (vite
	baptisé Provo par ses adversaires) informel, joyeux et
	non-violent. Héritier de la riche tradition anarchiste
	néerlandaise, il est surtout le foyer d'une réflexion dans des
	domaines alors encore très négligés, tels l'écologie,
	l'éducation anti-autoritaire, la critique du consumérisme, la
	liberté sexuelle, la rénovation urbaine, le féminisme, la
	démocratie participative, entre autres. Bien que s'étant
	autodissous dès juin 1967, Provo a profondément marqué la pensée
	contestataire actuelle, même si beaucoup ignorent ce qu'ils lui
	doivent..."

21H	"El Forat, el agujero"
	 Documentaire de Chema Falconetti, Barcelone, 2004.

	 Ce film retrace la lutte du Forat de la Vergonya, « trou de la
	 honte », morceau du centre de Barcelone, qui, de ruines
	 laissées par les spéculateurs occupés à démanteler le quartier,
	 est devenu au cours d'une lutte exemplaire menée par les
	 habitant·e·s et squatteurs, un jardin collectif autogéré. Ici,
	 parole est donnée aux acteurs et actrices de cette histoire,
	 qui ont choisi de résister au processus immobilier condamnant
	 les classes populaires à l'exil de leurs quartiers et à la
	 destruction des liens sociaux. Actuel & inspirant !


			     MERCREDI 05 MAI
			   -------------------

17H	"Radios libres en lutte"
	Séance d'écoute collective

	« Infos et Jingles » : sur le passage à la Radio Numérique
	Terrestre.

	« Les Radios libres sont là »  : du 20 au 23 janvier, s'est
	déroulée une semaine autour des radios libres et de leur place
	dans les mouvements sociaux à l'Equitable Café à Marseille. FPP
	propose un montage de la deuxième soirée de débats autour des
	outils de coordination entre radios. Une conférence en forme de
	manifeste des radios libres.

	« Eteins la censure, allume Blackout » :  le 23 février dernier,
	la police italienne perquisitionne plusieurs lieux à Turin, dont
	la radio libre Radio Blackout. Matériel informatique saisi,
	diffusion interrompue, 6 personnes sont arrêtées. En cause, les
	actions récentes en soutien aux sans-papiers et contre les
	centres de rétention. Une membre de Radio Blackout nous présente
	cette radio militante, puis revient sur le contexte général à
	Turin et en Italie.

19H	Réunion mensuelle d'activités


			     MERCREDI 12 MAI
			   -------------------

18H	"La femme comme champ de bataille"
	Pièce radiophonique de Matéi Visniec, interprétée par deux
	comédiennes de la « Compagnie 3 Culottes et un carton ».

	Le viol des femmes (mais aussi des enfants et parfois d'hommes)
	est une arme de guerre très souvent utilisée dans les conflits,
	mais peu dénoncée. Pourquoi en temps dit "de paix", les viols
	restent-ils massifs ? Le viol ne correspond pas à
	l'assouvissement d'une pulsion sexuelle mais est un des
	instruments de la domination patriarcale. Le viol peut aussi
	asseoir la domination raciste, lorsque sont spécifiquement
	violées les femmes d'un groupe racisé dominé. Il sera question
	de cette guerre quotidienne, non reconnue car non déclarée,
	celle que les hommes mènent aux femmes, à travers les multiples
	violences psychologiques, physiques et sexuelles.

	La pièce de théâtre se passe en Bosnie après la guerre des
	Balkans du début des années 90. A travers les dialogues et
	réflexions de deux femmes qui se battent pour dépasser
	l'horreur, on parvient à décortiquer certaines mentalités
	patriarcales et racistes, ainsi que des éléments de la culture
	pro-viol (culpabilisation des survivantes d'agressions…).

21H	"La vie rêvée des anges"
	Film français de Erick Zonka, 1998.

	Entre film "social" coup de poing, mise en scène brutale et
	exploration utra-sensible à la Cassavettes, "La vie rêvée des
	anges" raconte l'histoire de deux filles, l'une nomade, l'autre
	ouvrière. Une rencontre va se nouer à travers le refus d'un
	petit chef esclavagiste et une invitation à "squatter". Le duo
	nous embarquera dans des passions charnelles et paradoxales, des
	vies rêvées et des chutes, des usurpations et des solidarités
	audacieuses, loin du misérabilisme et des petites cases
	psychologisantes.


Tous les mercredis à partir de 15h, l'espace autogéré ouvre sa
bibliothèque, son infokiosque, sa zone de gratuité… et vous convie, à
18h, à des lectures, présentations et débats autour des ouvrages
ci-mentionnés.

Ensuite, c'est apéro et auberge espagnole (chacun·e amène de quoi boire
et manger - sans viande, svp), puis à partir de 21h, c'est ciné!

…sans oublier, chaque premier mercredi vers 19h, la « réu activités » de
l'espace autogéré, moment de choix pour qui souhaite s'impliquer dans
les projets existants ou amener de nouvelles idées!

-- 
Espace autogéré des Tanneries
13-15-17, bd de Chicago, 21000 Dijon
http://squat.net/tanneries/



More information about the Tanneries-annonces mailing list