[squats-fr-diffusion] communiqué suite à l'expulsion.

reclaim at bruxxel.org reclaim at bruxxel.org
Mar 17 Oct 17:20:06 CEST 2006


Expulsion du 138 boulevard de Waterloo.


Ce mardi 17 octobre 2006 à 7h du matin, les forces de l’ordre sont
rentrées de manière brutale au 138 boulevard de Waterloo, lieu investi
lors de la street party du 7 octobre, veille des élections.
L’expulsion fut brutale et non annoncée. Les propriétaires – la brasserie
Alken Maes- ont obtenu l’ordre d’expulsion via une procédure unilatérale
(sans défense) en urgence devant le tribunal de première instance.

Plus de 50 policiers anti-émeutes et au moins une auto-pompe ont été
requis pour mener à bien l’opération. Il y eut 17 arrestations dont celle
d’un sans-papier risquant la déportation dès demain matin (des démarches
auprès d’avocats sont déjà en route pour essayer de l’empêcher et nous
vous tiendrons au courant des avancées).

L’ouverture avait déjà commencé dans un contexte répressif. En effet, lors
de la Street Party, « réappropriation joyeuse et collective de la vi(ll)e
», les bourgmestres de Saint Gilles et de Bruxelles-Ville avaient donné
ordre à leurs polices d’encercler les quelques 500 personnes présentes et
de les maintenir sur place, déclarés publiquement ennemis à contrer par
une « tolérance zéro ». Il y a définitivement des choses qui dérangent.

Tenus en laisse par des autopompes, des hélicoptères et des hommes
machines, menés par le bout du nez suivant un circuit ridicule, nous
étions parvenus à trouver une faille dans le système de contrôle : dans un
coup de force et une idée d’avance, nous avions pris cet espace et la
police n’ayant rien pu prévoir fut contrainte de nous le laisser…

Pendant dix jours, des groupes s’y sont organisés et ont entamés la
construction d’un territoire de rencontres, de partages d’idées,
d’imprévus, de fêtes, de recherches et d’expérimentations politiques.
Une vie commune et toujours en devenir nous a renforcée.
Au cours de ces dix jours, plusieurs centaines de personnes avaient déjà
manifesté leur intérêt et leur soutien envers l’initiative.

Les forces de l’ordre ont démontré ce dont elles étaient capables, mais
une chose est sûre : elles ne nous ôteront jamais nos énergies
libératrices.
Malgré l’adversité, nous continuons à crier que : « tout est possible ».



Parce que nous sommes conscients qu’à travers cette expulsion c’est tout
un système de domination qui parle, nous réitérons une solidarité féroce
envers :
•	les occupants des 100-103 boulevard de Waterloo,
•	les sans-papiers occupant des églises en Belgique et ailleurs,
•	les amis et la famille de Fayçal, assassiné en prison,
•	les habitants du quartier midi en pleine expropriation,
•	la communauté marollienne pour les luttes passées, présentes et surtout
à venir.



En route pour de nouvelles aventures !


Les occupantEs du 138



Plus d'informations sur la liste de diffusion squats-fr-diffusion